La « Société agricole et de raffinage industriel du sucre (SARIS) » vient d'acquérir, avec l'appui du gouvernement congolais, une « nouvelle locomotive » - de marque « CC 904 » - pour faciliter le transport de sa production en direction des deux grandes villes du pays, Brazzaville et Pointe-Noire.

 

 


Deuxième du genre, après celle acquise en juillet dernier auprès de la société chinoise « Beijing FEB », cette locomotive, dotée d'une puissance de 2 200 chevaux possède une puissance de traction de 800 tonnes brutes.
L'acquisition de cette locomotive permettra à la « Saris » de résoudre le problème de transport qu'elle connaît dans l'acheminement de sa production en raison du manque d'unités de traction du « Chemin de fer Congo-Océan (CFCO) ».

« Cette locomotive va apporter une bouffée d'oxygène à la « Saris-Congo », après trois années de déclin du transport ferroviaire du sucre », a indiqué le directeur général de « Saris », Jean-Louis Liscio, ajoutant que la locomotive acquise confortera la normalisation du trafic vers les marchés locaux et export, et contribuera à maintenir la compétitivité du sucre congolais sur la zone « Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) » tout en développant les marchés du Nord-Congo.

En effet, avec une production estimée à 70 000 tonnes par campagne sucrière, la « Saris » n'arrive pas à couvrir le marché national estimé à 30 000 tonnes, ni ceux du Cameroun et du Tchad (40 000 tonnes) en raison des difficultés que rencontre le « CFCO ».

L'unité de traction dont s'est dotée la Saris s'inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre par le gouvernement congolais de la stratégie nationale d'adaptation du secteur sucre aux modifications intervenues au niveau de l'organisation commune du marché du sucre en Europe.

Élaborée avec l'appui de la Commission européenne, la stratégie nationale du secteur sucre vise la sauvegarde et l'amélioration de la compétitivité de l'industrie sucrière du Congo.

Selon le coordonnateur national du projet d'appui au secteur sucre, cette stratégie repose sur quatre axes : le désenclavement de la zone de production sucrière ; le renforcement de la compétitivité de l'industrie sucrière ; le renforcement de l'intégration du marché du sucre au sein de la « CEMAC » et la diversification du tissu économique.

La mise en service de cette locomotive s'est déroulée en présence du ministre Rodolphe Adada, qui entend s'investir afin que l'industrie joue un rôle déterminant dans la diversification de l'économie congolaise.

Il a souligné que la mise à disposition de cette locomotive constituait la première étape de l'engagement du gouvernement qui envisage de financer la construction d'un hangar de stockage du sucre et l'acquisition d'une nouvelle unité de fabrication de sucre en carreaux.

Mis à jour (Jeudi, 28 Janvier 2010 16:26)

 

Vous ne pouvez pas laisser de messages sans être enregistré.