Une vidéo angolaise dénonçant les traitements inhumains dans les prisons angolaises, a été reprise pour son compte par les « combattants », une association politique zaïroise défendant les intérêts communautaires, et par le site « Bana Mikili ». La vidéo est signée par Jeannot Kabuya, dont les écrits rajoutés dénoncent la xénophobie angolaise envers les zaïrois. Signé Appolinaire noël KOULAMA.



Capture d'image d'une vidéo amatrice : Acte de torture de masse dans la prison de Viana à Luanda, en Angola. 


L'année dernière (en 2012), Sassou N'Guesso avait évoqué l'idée de vouloir rapatrier par la force, les 125 000 réfugiés Enyélé venus de la RDC installés depuis des années vers Impfondo (ville située dans le nord du pays), en mettant des moyens de transport à ces réfugiés, mais des voix s'étaient levées pour crier au « racisme » et aux « droits humains », alors qu'il n'en était pas un. Incriminé dans cette affaire et à la conférence de l'« Union africaine », Sassou N'Guesso explique devant ses pairs à la tribune de l'« Union africaine », du nombre croissant de l'insécurité, dont les plaintes ont été déposées par les riverains, qui se plaignent, également, d'être minoritaire dans leur ville par rapport au 125 000 réfugiés.

Par contre, si l'on compare avec les 7 500 réfugiés rwandais (Tutsy et en majorité Hutu) installés toujours dans le nord du pays,  l'intégration est à son comble, puisque qu'ils sont bien vus et bien acceptés. Nombreux de ces réfugiés se sont spécialisés sur le travail de la terre ou de l’élevage, sans que la cohabitation fasse l'objet d'une plainte de la population d'accueil. Refusant de rentrer au Rwanda, par crainte de représailles de Kagamé, les réfugiés rwandais ont été tous naturalisés citoyens congolais.

En d'autre terme, les propos du directeur général de la police congolaise, monsieur François N'Denguet, bien que controversée, ont été tout de même tronquée, où de nombreuses vidéos Youtube des congolais de la RDC dénonçaient la xénophobie dont sont victimes les membres de la communautéc zaïroise à Brazzaville, avec notamment, les prostituées mises à nue. Le pire est que certains ont expliqué que « les prostituées ont été mises à poils parce qu'elles étaient zaïroises », quelle culpubilisation ? Or, en réalité, au Congo-Brazzaville, une prostituée quel que soit sa nationalité n'a pas de valeur et peut-être susceptible de ces traitements par un policier en perte de bon sens.

Dans le même registre, Jean François N'Denguet, disait « le désordre, c'est à Kinshasa chez eux, ici à Brazzaville, nous allons tuer lesKulunas + zaïrois (Nous mis par les policiers et non par les citoyens) ». Comme je l'ai déjà appeler même si les propos du général sont discutables, il y a eu par la suite une grossière déformation de ces propos, où de nombreux kinois l'ont interpréter comme un appel massif au meurtres des zaïrois.

Or, je tiens à signaler que, les délinquants au Congo-Brazzaville, quel que soit leurs origines et leurs nationalités sont parfois dénudés, publiquement, par certains policiers enragés de N'Denguet, comme humiliation, afin qu'ils comprennent devant le public qu'ils n'ont pas de valeurs avec ce genre d'activité. Je ne soutiens pas ces pratiques ignobles, mais je reste, farouchement, opposé à la délinquance et à la prostitution, lesquelles, j'invite, d'ailleurs, Jean François N'Denguet de lutter énergiquement contre ces deux fléaux.

Les congolais de Congo-Brazzaville ne sont pas aussi xénophobes, comme je l'entend dans certaines vidéos publiées sur Youtube, sinon, on lirait pleins d'infos la dessus. Dire que le Congo-Brazzaville est maudit pour avoir dénudé les prostituées c'est ignorer qu'une prostituée est déjà maudite par la nature de son travail et de surcroît, je ne comprends pas comment une maudite peut par sa nature encore maudire. Sortant de cette superstition et posant des vrais problèmes (voici la vidéo de la victimisation sous fond du mensonge des « combattants ») :


VIDÉO :  DES RÉFUGIÉS CONGOLAIS (RDC) TABASSÉS COMME DES ANIMAUX PAR LES SOLDATS ANGOLAIS.


À la fin de la vidéo, l'on peut voir un groupe de « combattants » accompagné du message «  La jeunesse qui conscientise », l'on peut se poser la question, si ce groupe extrémiste ne sont pas, eux-même, des xénophobes. Vouloir faire des montages pour accuser ses voisins de xénophobes et conscientiser dans le mensonge, c'est pas être soi même xénophobe ?

De même, certains raccourcis sur le Congo-Brazzaville m'ont laissé pantois, en effet, certains ont même accusé le Congo-Brazzaville de participer au plan diabolique de haine, comme l'Angola, le Rwanda, le Burundi, la Tanzanie ... Tout comme s'il y a une haine envers les zaïrois par tous ses voisins. Et pourtant, je pense, l'occasion est de se poser la question, pourquoi sommes nous remarqués par les voisins ? Et pourquoi sommes-nous sujet aux préjugés ?

Je pense, également, qu'au Congo, comme en Angola, il y a plusieurs communautés étrangères qui y vivent, et si xénophobie il y a, elle doit être ressentie par toutes les communautés qui y résident. Les pays et les hommes qui le composent fonctionnent avec des « codes, coutumes et us », toute personne qui n'y déroge pas s'intègre facilement.

La xénophobie des voisins est un faux problème !

Voici l'article y afférant à la victimisation reprise de la vidéo tronquée ci-dessous :
>>  L'ENFER DES CONGOLAIS :  VOICI LES IMAGES QUE « KABILA » INTERDIT À LA RNTC DE MONTRER EN RDC.

Voici l'article qui donne l'information exacte sur les images vidéos dont le sens a été tronqué au bénéfice des « combattants », cliquez ci-dessous :
>>  DÉNONCIATION :  NOUVELLE VIDÉO D'AGRESSION POLICIÈRE DANS LE DISTRICT DE LUANDA (ANGOLA).

Mis à jour (Samedi, 31 Août 2013 21:06)

 

Vous ne pouvez pas laisser de messages sans être enregistré.